top of page
Rechercher

Comprendre la dépression saisonnière ?

Dernière mise à jour : 9 oct. 2022



Qu'est que la dépression saisonnière ?


En France, près d'une personne sur 10 serait touchée par la dépression saisonnière, avec des inégalités géographiques. La dépression saisonnière appelée aussi TAS est un état dépressif majeur lié au changement de saison et plus précisément au manque de lumière naturelle.



Nous vivons selon des rythmes qui sont sensibles à la lumière :


Notre vie s’organise en fonction de rythmes biologiques.

Le plus connu est le rythme circadien qui s’étale sur une période d’environ 24 heures (la température du corps); le second : le rythme infradien, dure plus de 24 heures (l’enchaînement des saisons). Notre corps se synchronise sur ces rythmes comme une horloge interne qui témoigne du temps qui passe.

Le cerveau va en plus utiliser les données environnementales pour optimiser sa synchronisation. Dans le cas du TAS (trouble affectif saisonnier), l’indice prédominant est la photopériode ou durée de lumière du jour dans une journée.



Quel est le rôle des hormones dans tout cela ?


Selon les recherches du Dr Norman E, psychiatre, le TAS serait la conséquence de modifications hormonales induites par la baisse de luminosité.

Une étude canadienne a révélé que les personnes souffrant de TAS avaient une augmentation du taux de cortisol le matin plus faible que les personnes ne souffrant pas de ce trouble. Cette hormone a un rôle de boosteur au réveil, et ce manque pourrait expliquer la difficulté que rencontrent ces personnes à se lever le matin. Le cycle éveil/sommeil est perturbé et par ricochet le « boost » d’énergie matinal. La mélatonine est, quant à elle, sécrétée le soir lorsque la lumière diminue pour favoriser notre sommeil. L’horloge interne arrête la sécrétion de mélatonine dès que nous apercevons les premiers rayons de lumière derrières les rideaux. Le réveil ne se fait plus naturellement l’automne et l’hiver par la lumière naturelle, mais par notre réveil et la lumière artificielle. Une baisse tardive de la mélatonine le matin et un taux bas de cortisol peuvent expliquer le manque d’énergie le matin et cette baisse de moral.

il y aurait également une baisse de l'hormone du bien-être. Qui est la sérotonine.



Que peut-on faire ?


Quels sont les indicateurs qui peuvent laisser penser à une TAS ?

  • Les symptômes apparaissent tous les ans au courant de l’automne et de l’hiver et s’estompent avec le printemps

  • Une tristesse qui perdure

  • Un besoin de plus de sommeil et des réveils difficiles

  • Un manque d’énergie et une fatigue importante

  • Une augmentation de la consommation d’aliments riches en glucides

  • On reste de plus en plus à la maison, on se met en mode « hibernation »

  • Une perte d’envie

  • Une irritabilité accrue


Des solutions existent pour faire face à cette épreuve :

  • Allez consulter un médecin pour poser un diagnostique

  • S’exposer à la lumière naturelle le plus tôt possible et en quantité suffisante

  • Avoir un sommeil régulier et de qualité, même le week-end

  • Apprendre à gérer son stress et ses émotions, la sophrologie peut vous y aider.

  • Utiliser la luminothérapie pour diminuer les symptômes dépressifs. Le traitement idéal serait de s’exposer à une lampe de luminothérapie d’une puissance de 10 000lux pendant 30 minutes chaque matin

  • Partir en vacances au soleil si vous en avez la possibilité



Quelle aide peut vous apporter une sophrologue ?


Lorsque la personne souffre de dépression, quelle que soit son origine, elle s’isole et perd confiance.

Par son écoute active et bienveillante la sophrologue permet à la personne de s’ouvrir et de parler librement de ses difficultés, ensemble elles trouvent un plan d’action, qui peut concerner le sommeil, la récupération corporelle, mentale ou émotionnelle.

A l’aide d’exercices, la personne apprend à écouter son corps et ses besoins, avec cette prise de conscience, elle peut agir rapidement pour éviter que le mal-être s’installe dans la durée.

En contrôlant son stress et ses angoisses, elle diminue sa fatigue et gagne en énergie.

Des exercices spécifiques permettent de faire émerger les ressources et les capacités propres à chaque personne.

Elle intègre une vision plus positive d’elle-même, devenant actrice de son changement, et gagne en confiance et en estime de soi.

En apprenant à lâcher prise sur certains aspects de sa maladie et en agissant sur d’autres elle devient le moteur de l’amélioration de ses symptômes, elle se réapproprie sa vie !


Tous ces conseils ne se substituent pas à un avis médical.


Pour en savoir plus vous pouvez consulter ces liens :










Comments


bottom of page